Les conditions de travail dans les métiers de la branche des acteurs du lien social et familial

Une étude sur les conditions de travail dans les métiers de la branche des « acteurs du lien social et familial » : centres sociaux et socioculturels, associations de développement local, petite enfance…

La commission paritaire nationale de négociation (CPNN) de la CCN des acteurs du lien social et familial a demandé à CIDES de réaliser une étude documentaire sur les conditions de travail des salariés. Cette étude se base sur un croisement de données issues d’enquêtes nationales, sur les résultats fournis par la CNAMTS en matière d’accidents du travail et de maladies professionnelles, sur des études sectorielles ou régionales… Sans enquêtes de terrain complémentaire, il s’agit donc ici de données générales permettant un premier repérage des risques, qui méritera d’être approfondi.

Quelques éléments sur les risques professionnels ont donc été identifiés.

Pour l’ensemble de la branche :
– Risques physiques : chutes de plain-pied, lombalgies, dorsalgies (dues à l’exposition à des contraintes posturales et au port de charges), TMS (articulations).

– Risques psychosociaux : liés à de fortes exigences de travail (renforcées par le fait qu’il s’agit d’actions pour des bénéficiaires, par lesquels les salariés se sentent concernés), au manque d’autonomie et de moyens, et au contact avec un public parfois en situation difficile au plan social ou personnel.

D’autres risques, spécifiques aux métiers éducatifs et de l’animation socioculturelle (62% des effectifs de la branche) :
– Risques routiers ou liés aux déplacements sur la voie publique.
– Risques biologiques (infections, rhinites…) liés aux contacts humains.

Des risques spécifiques aux métiers de la petite enfance (8,6% des effectifs de la branche en 2007, pourcentage en augmentation) :
– Charge mentale supérieure du fait d’intervention auprès des enfants.
– Risques liés à l’environnement de travail (bruit, par exemple).

Les métiers d’administration et de gestion (10,7% des effectifs) :
– Travail sur écran (fatigue visuelle, TMS de la nuque et des poignets, stress…).

Les métiers de services (10,4% des effectifs) :
– Contraintes posturales et manutention de charges.
– Exposition à des agents chimiques.