Trois questions à Sébastien Darrigrand, délégué général de l’USGERES

L’USGERES (Union des employeurs de l’économie sociale) vient de lancer un portail de l’emploi dans l’économie sociale et solidaire www.emploi-ess.fr. Ce site a été réalisé en partenariat avec le ministère de l’Economie sociale et solidaire, Chorum, le Crédit coopératif et Pôle emploi[1]. Cette semaine, on peut y trouver, d’ores et déjà, 200 offres d’emplois.

Qu’est-ce qui vous a conduit à créer ce site portail pour l’emploi dans l’ESS ?

La genèse de ce site, c’est d’abord le partenariat que l’on a signé avec Pôle emploi en 2009, qui visait à renforcer la visibilité et l’attractivité des emplois dans l’ESS, lequel s’est traduit par la publication d’un guide sur les métiers dans l’économie sociale et solidaire « Trajectoires » ; puis, nous avons signé un accord en 2011 avec trois organisations syndicales, la CFDT, la CFTC, et la CFE-CGC sur les parcours d’évolution professionnelle dans le secteur. Cet accord prévoyait de mettre en place une bourse d’emplois qui devait être gérée par les employeurs. Très rapidement, nous avons commencé à travailler à la faisabilité de ce projet avec des partenaires, dont Chorum en premier lieu, puis s’est adjoint le Crédit coopératif, et plus récemment le ministère de l’Economie sociale et solidaire. Les conclusions de ces travaux nous ont conduits à mettre en œuvre une plate forme mutualisée d’offres d’emploi dans le secteur. Les premiers partenariats avec certaines membres de l’Usgeres vont s’étendre dans les prochains mois à d’autres réseaux afin que leurs offres soient visibles sur le site : on peut citer notamment l’AFIJ, les CEMEA, La Fédération Léo-Lagrange, des Centres sociaux, l’UCPA, les Eclaireurs et Eclaireuses de France, l’ACEPP (crèches parentales)…

Quels résultats espérez-vous pour cette première année ?

Une fois que l’on aura contractualisé avec ces différents organismes, nous estimons que ce site portail devrait proposer environ 1 500 offres en flux d’ici l’été prochain. Mais nous n’en sommes qu’au début : d’autres partenariats sont en vue avec les CRESS, dont celle de Rhône-Alpes qui publie sur le site Rhône-Alpes solidaires plus de 800 offres d’emploi par an, et celle du Languedoc Roussillon. Progressivement, le portail mutualisera l’ensemble des bourses d’emploi de l’ESS et constituera un point d’accès unique pour les demandeurs d’emploi et pour les salariés, dans un contexte extrêmement prégnant de renouvellement générationnel. Par ailleurs, le site va s’enrichir de témoignages à la fois de salariés et d’employeurs, et on envisage de développer des petites vidéos de jeunes issus de la diversité ayant intégré l’ESS, qui pourront apporter leur témoignage.

Comment faire en sorte qu’il y ait une meilleure adéquation dans les offres d’emploi que propose l’ESS avec le dispositif Emplois d’avenir qui s’adresse à des jeunes non qualifiés ?

On a plusieurs leviers. Nous lançons une étude territoriale sur trois bassins d’emploi, un urbain, un péri-urbain et une zone de revitalisation rurale, sur les conditions de réussite du développement de l’emploi, en observant comment se joue l’intermédiation entre jeunes demandeurs d’emploi, employeurs et prescripteurs de l’emploi. A partir de ce travail, nous pourrons mieux mettre en évidence les points d’ancrage et essaimer dans tous les territoires. Car au-delà des offres prévisibles dans le secteur, comme le précise l’étude Credoc sur les besoins de main d’œuvre dans l’ESS, ou celle du Conseil d’analyse stratégique sur les secteurs créateurs d’emploi, si on ne travaille pas sur l’intermédiation et l’adéquation, on risque d’avoir des difficultés parce que les acteurs ne se connaissent pas. Le deuxième levier, ce sont nos relations avec Pôle emploi et les missions locales avec qui nous avons récemment signé un accord. Le troisième levier, ce sont nos relations fortes avec les financeurs, notamment les OPCA, qui sur la formation, ont un rôle tout à fait important afin que l’on inscrive les recrutements dans une logique de qualification des publics éloignés de l’emploi. Ce qui prendra du temps, ce n’est pas tant d’embaucher les personnes qui entrent dans le dispositif Emplois d’avenir, déjà un certain nombre de réseaux ont commencé à s’engager et à recruter, que de les qualifier dans une logique de parcours pour être employables. On pourra véritablement évaluer la portée de ce dispositif d’ici deux ans.

www.emploi-ess.fr

———————————————————–

[1] : Sont déjà associés au site : Ressources solidaires, la Mutualité française, l’UNA et le SNALESS (Syndicat national des associations employeurs du sanitaire, Social, médico-éducatif et médico-Social).