Personnes handicapées : emploi en baisse, formations et insertions en hausse

L’emploi  des personnes handicapées est en chute libre depuis le début de l’année 2013 confirmant la tendance des années précédentes avec une augmentation du nombre d’inscrits à Pôle emploi de 14 % en un an (contre 9 % pour l’ensemble) et plus de 70 % en cinq ans. Au diapason de la crise de l’emploi, notamment industriel, à la fin du mois de juin de cette année, on enregistrait 387 107 demandeurs d’emplois handicapés.  Plus précisément, comment expliquer cette hausse ? Les raisons, note l’Agefiph, sont probablement à chercher du côté des destructions massives des emplois industriels où les travailleurs handicapés sont surreprésentés. Autres pistes avancées par l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées :  « Une concurrence accrue sur le marché du travail avec des travailleurs handicapés fragilisés, ayant notamment une ancienneté d’inscription importante (en moyenne de six mois supérieure à celle du tout public) » ; « un recul de l’âge de la retraite ayant pu conduire à un maintien sur le marché du travail et/ou une demande de reconnaissance de travailleur handicapé (RTH) » ; et une forte augmentation des RTH (+ 28 % entre 2007 et 2010). 

 
CDD d’un an et contrats aidés
 
Dans ce contexte assez sombre, quelques éléments positifs émergent :  CAP emploi a accompagné les entrées en formation  ont progressé au premier trimestre avec notamment les remises à niveau/préqualifiantes et  les contrats de professionnalisation qui ont bénéficié majoritairement à un public féminin ; tandis que le nombre d’insertions a augmenté au premier trimestre 2013, Cap Emploi ayant contribué à presque 30 000 recrutements de travailleurs handicapés (hausse de 10 % en un an). On notera que ce sont surtout des contrats à durée déterminée de 12 mois et plus qui ont été signés et des contrats aidés (CDI OU CDD de six mois et plus), ces derniers représentant les 2/ 3 des « insertions durables ».