Mécénat : les français souhaite que les entreprises soutiennent en premier lieux la santé et la solidarité sociale

Pour la première fois, l’Admical a commandité une étude sur la perception du mécénat d’entreprises par les français. Reposant sur un sondage et des entretiens, l’étude montre que les français apprécient les entreprises qui développent leur mécénat.

 

84 % des français voient d’un bon œil que les entreprises contribuent à l’intérêt général via le mécénat. C’est un sondage commandité par l’Admical qui le révèle début octobre. Que l’on parle de grandes entreprises, de fondations privées ou de PME, l’empathie est globale, même si 55 % d’entre eux estiment que les motivations de l’entreprise relèvent de la quête d’image et de la recherche des avantages fiscaux (53 %). Pour 72 % des sondés, l’engagement des mécènes « permet d’agir là où les pouvoirs publics ont besoin d’appui ».

Trois secteurs ressortent comme prioritaire selon les sondés :  la santé (44%), la solidarité (31 %), l’environnement (29 %). Viennent ensuite notamment l’urgence humanitaire (28 %), la culture et la sauvegarde du patrimoine. L’aide aux entrepreneurs sociaux recueille 10 % des mentions (chaque sondé pouvait donner plusieurs réponses classées par ordre d’importance.

Pour François Debiesse, président exécutif d’Admical, cette étude confrime que « le mécénat est un formidable vecteur de lien dans une société qui en a terriblement besoin. Il permet de créer des passerelles entre des mondes qui n’ont pas souvent l’habitude d’agir sur le terrain commun de l’intérêt général : entreprises, fondations privées, associations, pouvoirs publics et citoyens. »