L'ESS représente 3,3 % des offres d'emploi de l'Apec

18/11/2019 Brèves
Observation de l'ESS

L’Apec, en partenariat avec le Conseil national des CRESS, a publié une étude sur les opportunités d’emploi de cadres dans l’ESS en 2018. 16800 offres ont été diffusées sur l’année, via l’Apec. Des postes, plus souvent en CDD que la moyenne et avec un salaire médian légèrement inférieur au reste du marché de l’emploi.

En 2018, 16 800 offres d’emploi cadre ont été diffusées par des entreprises de l’ESS sur apec.fr, soit 3,3 % de l’ensemble des offres. Les associations sont à l’origine de 65 % de ces offres, suivies par les coopératives (14 %), les mutuelles (14 %) et les fondations (6 %). Les sociétés commerciales non-coopératives de l’ESS représentent moins de 1 % des opportunités. Les professions du secteur de la santé et du médico-social sont les plus demandées, que ce soit de la part des associations ou des mutuelles, voire des fondations.

Poids de l'ESS dans les offres d'emploi.png

Un fort maillage territorial

Les postes proposés couvrent relativement bien le territoire, notamment les zones rurales, en lien avec l’implication des structures dans des économies de proximité. Pour autant, l’Île-de-France concentre un peu plus du tiers des offres d’emploi cadre de l’ESS (36 %), devant la région Auvergne-Rhône-Alpes avec 12 % des offres. Par ailleurs, alors que les offres d’emploi dans l’ESS représentent 3,3 % de celles diffusées sur apec.fr à l’échelle nationale, leur part dépasse les 4 % en Bretagne (4,7 %), Normandie (4,7 %), Hauts-de-France (4,4 %), Nouvelle-Aquitaine (4,3 %) et Bourgogne-Franche-Comté (4,1 %).

Des conditions d’emploi moins favorables

Les entreprises de l’ESS proposent davantage de contrats précaires : le taux de CDD est 3 fois plus élevé que dans les entreprises de l’économie classique (19 % contre 6 %). Ce recours plus massif aux CDD peut traduire une difficulté à se projeter dans des embauches à long terme. Certaines entreprises de l’ESS, et notamment les associations qui sont celles qui recrutent le plus, composent avec une incertitude quant à la pérennité de leurs financements (subventions, mécénat). De plus, les niveaux de salaire proposés sont moins élevés que dans l’ensemble de l’économie privée. Le salaire annuel brut médian est de 37 k€ dans l’ESS, contre 40 k€ hors ESS.