Les ESAT anticipent une forte baisse de leur chiffre d'affaires

16/11/2020 Brèves
Observation de l'ESS

Environ 1500 Etablissements ou services d’aide par le travail (ESAT) offrent à 120 000 personnes en situation de handicap un cadre d’épanouissement professionnel et social. La crise sanitaire touchent fortement leur activité commerciale, comme l’indique une étude flash lancée dès le début du reconfinement.

Le confinement du printemps 2020 avait mis à l’arrêt de nombreux ESAT, victimes comme de nombreuses entreprise du ralentissement de l’activité économique. Selon l’étude Flash, lancée début novembre par l’Uniopss et APF France Handicap, près de 92% des ESAT ont un taux de reprise d’activité entre 81% et 100%.

Les établissements anticipent toutefois un absentéisme dès novembre à la hausse avec le retour des mesures covid. 63% des ESAT estiment que l’absentéisme des travailleurs handicapés devrait s’établir dans une fourchette allant de 10 à 30%. Les dirigeants d’ESAT, interrogés dans cette étude, évaluent la perte de chiffre d’affaires à 28% en moyenne sur l’année 2020.

Inquiétudes faute d’amélioration

Les ESAT ont par ailleurs répondus que leurs principales difficultés actuelles ou à venir étaient :
1) Le manque de débouchés (56%)
2) La gestion de la crise sanitaire (EPI, mise en place des gestes barrières …) (41%)
3) Le développement des troubles et impacts sur la santé mentale des travailleurs handicapés (37%)
4) L’incapacité à investir et à développer d’autres activités (35%)

Alors que peu d’améliorations sont à attendre d’ici la fin d’année du fait de l’existence de plusieurs facteurs (l’arrêt du dispositif d’aide au 10 octobre sur les rémunérations directes, l’absentéisme, le manque de débouchés…), un courrier d’alerte à l’attention du secrétariat d’État sur la situation très fragilisée des ESAT sera prochainement adressé à Mme Cluzel, secrétaire d’État en charge du handicap pour demander :

  • La prorogation de la prise en charge de la rémunération garantie.
  • La prise en charge des surcoûts liés à la crise COVID dont les surcouts liés aux charges d’exploitations (tous les aménagements pour respecter les gestes barrière…) par toutes les ARS et en précisant le process de compensation.
  • La création d’un fonds de soutien et de diversification de l’activité dans le plan de relance

Cette enquête flash a été diffusée, dès les premiers jours du reconfinement, aux dirigeants d’ESAT. En cinq jours, 457 ESAT ont répondu soit 1 ESAT sur 3.