La réforme du financement de l’IAE vise à améliorer l’existant

A l’occasion de la relance du CNIAE (Conseil national de l’insertion par l’activité économique), le 11 avril, la réforme du financement des structures de l’insertion par l’activité économique (SIAE) vient d’être lancée. La mission IGF-IGAS (Inspection générale des finances et des affaires sociales) qui planchait sur le sujet depuis plusieurs mois vient de rendre son rapport et ses recommandations. Il s’agit pour les auteurs d’améliorer l’existant. Le rapport plaide : pour une simplification et une harmonisation des modes de financement (il existe actuellement quatre types de financement, selon que l’on est une entreprise d’insertion, un chantier d’insertion, une association intermédiaire ou une association), en introduisant une modulation et en généralisant l’aide au poste ; pour une meilleure efficacité de l’IAE, en ciblant mieux les bénéficiaires des dispositif et « en homogénéisant le suivi des sorties du dispositif ».

La mission IGF-IGAS préconise également une « refonte du pilotage ». Le Comité national des entreprises d’insertion et les Ateliers école et chantiers d’insertion qui souhaitent depuis longtemps une réforme du financement de l’IAE « pour lui donner un nouveau souffle » regrettent « une analyse biaisée car l’appréciation du coût de l’IAE n’est étudiée que sous le prisme «dépense publique » ne rendant aucun compte (notamment) des coûts évités pour l’Etat, les régions et la sécurité sociale et des richesses créées dans les territoires ». Le gouvernement, qui a souligné, à cette occasion, l’importance de ce secteur pour l’emploi, s’appuiera sur ce rapport pour mettre en place la réforme de son financement.