Emplois d’avenir : Opca et fédérations de l’ESS se mobilisent

Dans un contexte de mise en place assez lente du dispositif emplois d’avenir, à ce jour 15 000 emplois auraient été créés, Uniformation vient de lancer un site internet qui leur est dédié (voir article ci-dessous et l’interview du président de l’Opca, Robert Baron). En même temps, la fédération des Sports et loisirs s’est s’est engagée à embaucher 1 000 jeunes en emplois d’avenir (voir encadré ci-dessous), l’aide à domicile 3 000, etc. Des démarches qui témoignent d’une volonté certaine de se saisir de ce dispositif : parce qu’il peut être une chance pour toucher des publics en difficulté et répondre à l’éthique dont se prévaut l’économie sociale et solidaire, une opportunité d’embauche avec une prise en en charge de 75 % du salaire par l’Etat et une manière de contribuer au renouvellement des effectifs dans un secteur où un salarié sur sept devrait prendre sa retraite d’ici 2018. Toutefois, les associations ne cachent pas les difficultés de ces recrutements alors qu’elles manquent de visibilité à long terme sur leur financement et que l’effort d’accompagnement de ces jeunes salariés est important, tout comme la mise en œuvre et le suivi de la formation. (Le dispositif emplois d’avenir en quelques points).

Uniformation propose une offre spécifique

Uniformation, qui regroupe vingt et une branches professionnelles de l’économie sociale et solidaire ou proches (animation, aide à domicile, lien social et familial, Coopérative de HLM, régies de quartiers, ateliers chantiers d’insertion, des mutuelles, des caisses de retraites complémentaires, etc.) dispose d’une enveloppe de 20 millions d’euros pour 2013 à destination des jeunes embauchés en emplois d’avenir et de 10 millions pour la formation des tuteurs. Pour le moment, si au sein de ces branches, il est prévu d’embaucher plus de 10 000 emplois d’avenir. Du côté d’Uniformation, les demandes de formation ne sont pas encore très nombreuses.

Les métiers et les formations transversales

Parmi les projets en cours, et ils sont nombreux, Uniformation a d’abord repéré 13 métiers « prioritaires » et interbranches, tels qu’agent de gardiennage, cuisinier, agent d’accueil et d’information, employé à domicile, etc. « Ce sont des clés d’entrée dans les branches et secteurs professionnels de l’ES », observe Florence Bailleul, directrice de la communication à Uniformation. Pour ces activités professionnelles en tension, l’Opca propose des parcours qui mènent les jeunes en emplois d’avenir non qualifiés ou très peu à des formations qualifiantes de niveau IV, qui pourraient se poursuivre et en tous les cas devraient effectivement ainsi déboucher sur des emplois stables.

Le tutorat

Le deuxième étage de la fusée est l’aide à la fonction tutorale, « clé de la réussite des emplois d’avenir ». Uniformation prendra en charge une partie de la rémunération des tuteurs des jeunes dans les entreprises et la modulation de l’enveloppe financière dépendra de l’âge du tuteur. Par ailleurs, devrait être mis en place en septembre une formation dédiée aux tuteurs. Dernier élément, pour répondre aux demandes de plusieurs associations et structures qui devront faire de l’accompagnement social auprès des jeunes embauchés (en plus du travail effectué par les missions locales), un projet de labellisation des organismes de formation à qui l’on confierait des prestations de « tutorat externe », est à l’étude.

Le site

Sur le site d’Uniformation dédié aux emplois d’avenir, les employeurs, comme les jeunes peuvent y trouver des espaces qui leur sont dédiés. Avec notamment, déjà les descriptifs des 13 métiers interbranches repérés par l’Opca ; des premiers exemples de parcours de formation jusqu’à l’obtention des diplômes, etc. Les employeurs pourront bientôt connaître le coût d’un emploi d’avenir au moyen d’un calculateur, des déclinaisons régionales sont prévues. D’ici septembre, des vidéos et des films de présentation des métiers, avec des mises en situation seront téléchargeables sur le site. Ils seront mis en ligne sur les réseaux sociaux. Pour ces derniers projets, Uniformation a reçu un fort soutien de la DGEFP, et Pôle emploi s’est montré intéressé.

Le site d’Uniformation emplois d’avenir : www.emploisdavenir-uniformation.fr et www.uniformation.fr

Sport et loisirs s’engage pour 1 000 emplois d’avenir

La fédération Profession sport et loisirs, qui regroupe 79 associations départementales et gère 20 000 emplois, a signé une convention avec le ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative pour l’embauche de 1 000 emplois d’avenir. Lors de cette signature, le 23 avril, les atouts du secteur sport et loisirs ont été présentés. Parmi eux, on notera que le développement d’activités sportives auprès de nouveaux publics (personnes âgées et le vieillissement actif), ainsi que l’émergence de nouveaux besoins liées à la réforme des rythmes scolaires, peuvent favoriser des métiers d’avenir. D’autre part, il existe 20 CQP (certificats de qualification professionnelle, délivrés par la branche professionnelle dans le secteur du sport et des loisirs). Un dispositif intéressant pour un jeune sans qualification parce que plus court qu’une formation diplômante. Autre atout : l’existence de groupements d’employeurs. Cependant l’UPCA a souligné la nécessité de réfléchir à des dispositifs de pré qualification des jeunes pour les intégrer ensuite dans des parcours de formation qualifiante. « Il faut un tutorat de qualité pour encadrer les jeunes (un tutorat mené par un bénévole est possible) et un parcours de formation adapté pour développer l’employabilité du jeune » ; l’UPCA a également indiqué que les associations auront des difficultés à organiser des cursus de formation sur le plan de formation interne. L’appel à projets du fonds de sécurisation des parcours professionnels pourrait être un début de réponse. Mais les demandes sont nombreuses et les enveloppes modestes.