Emploi associatif sanitaire et social en 2019 : le calme avant la tempête ?

10/09/2020 Communiqués de presse
Observation de l'ESS

La dernière édition du bilan de l’emploi associatif sanitaire et social, coproduit par l’Uniopss et Recherches & Solidarités, montre une stabilité des effectifs du secteur. En effet, on compte 1,128 million de salariés en 2019, soit une légère augmentation de 0,1 % par rapport à 2018. Le nombre d’emplois était resté stable entre 2017 et 2018. Ainsi, l’augmentation de 7,5 % sur 10 ans, entre 2009 et 2019, de l’emploi dans les associations et fondations du sanitaire et social cache une certaine accalmie ces dernières années.

Dans le détail du bilan de l’emploi associatif sanitaire et social, le secteur de la santé s’établit en 2019 à un peu plus de 167 000 salariés, en hausse de 0,2 % en un an. Le secteur de l’hébergement médicalisé connaît une baisse de 0,1 % entre 2018 et 2019, et compte plus de 201 000 salariés. L’action sociale sans hébergement connaît la même baisse de 0,1 %, avec cependant des situations contrastées en son sein. En effet, l’aide à domicile qui emploie en 2019 plus de 171 000 salariés subit une baisse de 1,8 % par rapport à 2018. L’accueil de jeunes enfants au contraire est en hausse de 2,3 % sur un an (près de 44 000 salariés).

Concernant le nombre d’établissements employeurs (au sens entité employeuse), le secteur en compte 35 446 en 2019, soit une augmentation de 4 % en 10 ans. La masse salariale distribuée par les associations et fondations du secteur sanitaire et social s’établit à 25,2 milliards d’euros en 2019, soit 58 % de la masse salariale totale du secteur privé non lucratif en France.

Ces chiffres s’arrêtent à fin 2019 et donnent ainsi une photographie intéressante de la situation pré-Covid-19. Comment ces chiffres évolueront-ils en 2020 ? Les maintiens de subvention et mécanismes de tarification constituent-ils un amortisseur de la crise économique naissante pour certaines structures ? Faut-il s’attendre à une destruction massive d’emplois pour les autres, et à quelle échéance ? Il sera important de suivre l’évolution de l’emploi des structures qui, soit ont constitué la première ligne – avec des besoins de renfort RH largement exprimés au premier semestre 2020 –, soit ont connu plutôt une transformation de leurs activités et relations aux publics pendant le confinement (par exemple dans les accueils de jour, les centres sociaux), soit ont fermé totalement ou partiellement entre mi-mars et fin mai 2020. Retenons déjà qu’interrogés à la sortie du confinement[1], environ un quart des responsables du secteur sanitaire et social craignent que leurs associations ne puissent pas maintenir leurs effectifs, soit 9 000 employeurs.

Sur le plan territorial, 6 régions de métropole comptent plus de 100 000 salariés, l’Ile-de-France en tête avec plus de 177 000 salariés. 17 bilans régionaux de l’emploi associatif sanitaire et social, constitués par le CRDLA social, médico-social et santé – porté par l’Uniopss – et Recherches & Solidarités, viennent compléter le bilan national.

Accéder aux 17 éditions régionales