3e édition du baromètre Chorum Qualité de Vie au Travail dans l’ESS

14/05/2020 Focus
Observation de l'ESS

Chorum a présenté ce matin les résultats de l’édition 2020 du Baromètre national Qualité de vie au travail. Il s’agit de la troisième édition du baromètre depuis son lancement en 2014. Devenu une référence dans le secteur de l’ESS, le baromètre Chorum recense l’évolution de la qualité de vie au travail ressentie par les salarié.e.s et les dirigeant.e.s.

Réalisé fin 2019, celui-ci révèle que 64% des salarié.e.s du secteur déclarent leur structure comme un endroit où il fait bon travailler. Ils déplorent malgré tout une dégradation de leur qualité de vie au travail, impacté notamment par des changements d’organisation mal vécus. Les dirigeant.e.s expriment également une détérioration de leurs relations avec les pouvoirs publics et les financeurs, ainsi qu’une baisse des moyens humains et financiers disponibles.

A l’heure du déconfinement et de la reconstruction, Thomas Blanchette, Président de Chorum a invité des experts à analyser ces résultats à l’aune de la crise et dans le contexte de relance de l’activité.

85% des salarié.e.s du secteur de l’ESS jugent leur travail utile

« Cette présentation de la 3e édition du baromètre de Chorum sur la QVT se déroule dans des conditions très particulières. J’ai une pensée particulière pour les femmes et les hommes engagé.e.s au sein des structures de service à la personne depuis les premières minutes de cette crise auprès de nos ainé.e.s et des personnes vulnérables.

A l’heure du déconfinement, il nous faut maintenant imaginer construire ensemble les jours d’après : nouvelles organisations, télétravail, tiers lieux, présentiel, autant de formes d’activités à redéfinir et les enjeux de qualité de vie au travail seront essentiels pour relever ces défis. »

Thomas Blanchette, Président de Chorum

 

Un travail jugé utile, malgré la progression de certains facteurs de dégradation de la Qualité de Vie au Travail (QVT)

L’édition 2020 du baromètre de Chorum révèle que 85% des salarié.e.s du secteur de l’ESS jugent « utile » leur travail, et qu’il bénéficie au public.
Pour Julie Gaillot, responsable de département de l’institut CSA, qui a réalisé le sondage : « C’est un enseignement fort. Ce sentiment d’utilité et de reconnaissance demeure au cœur de la motivation des salarié.e.s de l’ESS ».
Autre enseignement, 64% des salarié.e.s de l’ESS recommandent leur structure comme un endroit où il fait bon travailler. En revanche, ils sont 47% à estimer que leur qualité de vie au travail s’est dégradée au cours des dernières années, avec pour principaux facteurs de dégradation les changements d’organisation et le manque de moyens humains et financiers. En effet, seulement 49% des salarié.e.s interrogé.e.s déclarent avoir eu des informations suffisamment claires sur les raisons du changement opéré au sein de leur organisation,. Cela pointe un dysfonctionnement dans la conduite du changement, et met en lumière l’insuffisance du travail de communication effectué.
Par ailleurs, la moitié des salarié.e.s déplore une charge de travail trop importante, et, pour 38% d’entre eux, des injonctions contradictoires, en hausse par rapport à l’édition précédente.
Pour Christophe Itier, Haut-commissaire à l’ESS et à l’innovation sociale : « La qualité de vie au travail dans les entreprises de l’ESS repose beaucoup sur la question du sens. C’est une force pour l’ESS, particulièrement dans ces temps tourmentés. La crise vient impacter directement la qualité de vie au travail, notamment celles des salariés qui sont en première ligne. Il existe des risques psycho-sociaux permanents, de burn-out et d’usure. Nous devons donc redoubler de vigilance. »

Le travail des managers reconnu

Maillon fort, particulièrement pendant la crise sanitaire, les managers sont perçus positivement par leurs collaborateurs : 63% des salarié.e.s de l’ESS estiment recevoir un soutien satisfaisant de la part de leur manager. Un chiffre stable par rapport à l’édition précédente. Également stable, le chiffre de 74% des salariés estimant que les managers favorisent le dialogue et le partage des informations au sein de leur équipe. Aussi la valeur du métier de manager semble-t-elle sortir renforcée du baromètre.
Malgré cela, le sentiment de sur-charge de travail demeure : 63% des managers indiquent en effet avoir des difficultés à réguler leur propre charge de travail.

Des dirigeant.es volontaires et débordé.e.s

A l’instar des salarié.e.s, les dirigeant.e .s estiment pour la majorité (96%) que leur travail est utile au public. En revanche, par rapport à l’édition précédente, ils sont plus nombreux à déplorer une dégradation de la QVT au cours des dernières années (37%). Deux causes principales sont désignées : la dégradation des relations avec les pouvoirs publics et les financeurs (56%) et la baisse des moyens humains et financiers (53%).
Les dirigeant.e .s expriment également une surcharge de travail, 54% jugeant leur charge excessive. Cela se traduit notamment par une hyper-connexion : 77% d’entre eux sont souvent connectés en-dehors de leur temps de travail.

Et maintenant ? Un contexte propice à l’innovation organisationnelle

Les acteurs de l’ESS se projettent désormais dans l’avenir. Durant la période de confinement, de nombreux exemples de changements d’organisation, parfois situés très loin des canons et des sentiers battus, ont été observés. « Se pose désormais la question de la pérennisation de ces modèles et de leur ancrage dans le temps » observe Thomas Blanchette. Le président de la mutuelle des acteurs de l’économie sociale rappelle dans ce sillon la « formidable souplesse » des entreprises de l’ESS, et enjoint l’ensemble des acteurs à utiliser à plein potentiel ce « privilège inexistant dans d’autres secteurs ».

« Nous sommes convaincus que la qualité de vie au travail sera au cœur du plan de relance pour l’ESS. Pour être à la hauteur des défis qui sont les nôtres, nous avons besoin de collaborateurs, de salariés et de dirigeants pleinement épanouis dans leur investissement au service de l’intérêt général », commente par ailleurs Christophe Itier.

Pour Jérôme Saddier enfin, Président d’ESS France : « Je suis convaincu que l’ESS peut et doit incarner l’économie de demain. Nous devons réinventer nos modes de production, de distribution et de consommation et les conditions de travail qui vont avec. Dans ce contexte le rôle de nos entreprises de nos organisations, et de nos associations sera essentiel, et la question managériale et de la transformation de nos organisations sera stratégique, notamment pour continuer à donner du sens. »

 
Pour avoir accès à plus de résultats du baromètre QVT, cliquer ici

 

À propos de la méthodologie utilisée

Mode de recueil : Questionnaire auto-administré en ligne (CAWI) dans une démarche de consultation d’une durée de 10 minutes
Dates de terrain : 4 semaines de terrain, d’octobre à novembre 2019 

Cible interrogée : échantillon composé de 4 815 salarié.e.s et 652 dirigeant.e.s de l’ESS