Petit lexique des emplois aidés

Des TUC aux emplois d’avenir, une vingtaine de formes d’emplois aidés ont été imaginées en trente ans. Voici un rapide aperçu des types de contrats en vigueur actuellement.

Contrat unique d’insertion – contrat d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE), depuis 2010 :  Les CUI réunifient les dispositifs qui existait avant 2010 et depuis la loi de 2005 dans une volonté de simplification et pour éviter les effets négatifs de contrats réservés aux bénéficiaires des minimas sociaux. Ils s’adressent aux jeunes chômeurs de longue durée et aux plus âgés, aux bénéficiaires des minima sociaux… le CUI-CAE n’est utilisé que par les employeurs du secteur non-marchand et propose des contrats renouvelables de six mois à deux ans, cinq ans pour les bénéficiaires de plus de 50 ans.

Contrat unique d’insertion – contrat d’initiative emploi (CUI-CIE), depuis 2010 : comme leur pendant du secteur non marchand, ces contrats destinées aux entreprises privées, visent à simplifier les dispositifs qui existaient antérieurement.

Emplois d’avenir (EA), depuis 2012 : ils ont pour objectif de proposer des solutions d’emploi aux jeunes sans emploi peu ou pas qualifiés dans les secteurs marchands et non marchands. De leur ouvrir l’accès à une qualification et à une insertion professionnelle durable. Les emplois d’avenir sont ouverts aux jeunes de 16 à 25 ans sans emploi et aux personnes reconnues handicapées de moins de 30 ans. Les emplois d’avenir sont prioritairement des emplois à temps complet et sont conclus à durée indéterminée. S’ils sont à durée déterminée, ils durent de un à trois ans.

Emplois d’avenir professeur (EAP), depuis 2012 : une forme d’emploi d’avenir spécifique à l’enseignement public et destiné à des étudiants boursiers qui se destinent à l’enseignement. C’est un CDD d’une durée de 12 heures par semaine.