L’organisation au cœur des innovations sociales dans les services à la personne

Le Pôle services à la personne de PACA a mené en 2012 en collaboration avec le LEST-CNRS, un projet de recherche sur l’innovation sociale dans les services à la personne. Objet de la recherche : identifier les innovations sociales à partir d’enquêtes de terrain, les confronter aux différentes définitions du terme et les caractériser en révélant leurs spécificités.

Les principaux apports d’innovation sociale repérés par les chercheures du Lest Cncrs, Nadine Richez Battesti, Francesca Petrella et Céline Mariva sont d’ordre organisationnel, « améliorer l’organisation et les conditions de travail se trouve au cœur des dynamiques d’innovations dans ce secteur », indiquent-elles. Elles relèvent aussi que les contraintes budgétaires et la concurrence « renforcée » sont un élément favorable à l’innovation sociale et observent que les innovations sociales s’appuient : sur des innovations technologiques (les balais micro-fibres) ; l’introduction de nouveaux métiers et le déploiement de nouvelles compétences (ergothérapeute ou psychologue clinicienne spécialisée en gérontologie …) ou la création de nouveaux métiers tels que les évaluateurs (évaluatrices) de terrain qualité, animateurs (animatrices) de terrain ; et des outils de management novateurs sur la gestion des plannings, l’accompagnement des salariés avec des formations, des actions de tutorat, d’écoute, de soutien psychologique, etc. L’innovation sociale est ici source de qualité d’emploi.

L’innovation repose aussi sur la mutualisation des ressources (circulation d’information, amélioration de l’organisation) et sur des partenariats locaux entre différents secteurs, par exemple entre l’aide à domicile et l’insertion par l’activité économique.

Au final, « en l’absence d’une définition claire de l’innovation sociale » l’identification des sources d’innovations sociales dans les structures des services à la personne par les acteurs eux-mêmes et de manière collective (pouvant ainsi éviter les effets d’aubaine inhérents à de nombreux processus de labellisation) est souhaitable. Les auteures recommandent de « mettre en place des mécanismes et lieux d’échange des pratiques, de partage des connaissances et de créer un environnement institutionnel et règlementaire favorable à l’innovation ».

On peut télécharger l’étude sur le site du Pôle services à la personne PACA : www.psppaca.fr