Les CRESS entament leur travail de coordination

Les Cress sont engagées dans la mise en place du dispositif des emplois d’avenir. Avec l’objectif de mettre en réseau, coordonner informer, puis concourir à pérenniser les postes.

Mettre en œuvre les emplois d’avenir et avancer ensuite vers la réussite du dispositif, c’est ce rôle qui est attribué aux chambres régionales de l’ESS (CRESS) et que Jean-Louis Cabrespines, président du CNCRES (Conseil national des chambres régionales de l’ESS) avait rappelé lors du lancement du dispositif le 29 janvier dernier, en présence de Benoît Hamon, ministre délégué à l’ESS.

« Concrètement, explique Julien Loïs, chargé de mission à la CRESS Rhône-Alpes, nous allons réunir des acteurs pour savoir qui fait quoi exactement. Pôle emploi, Cap emploi, les Missions locales, les OPCA, les représentants des employeurs, les fédérations locales, les associations, les collectivités territoriales et les services déconcentrés de l’Etat sont parties prenantes de la création des emplois d’avenir et ils ne se connaissent pas bien ». Pour la CRESS, il y a tout un travail de communication à réaliser auprès des employeurs susceptibles de recruter :

faire connaître les modalités pratiques, les candidatures, l’accès aux formations et leur financement, les appuis au tutorat, les soutiens pour l’intégration des jeunes en tant que salariés et pour la pérennisation du poste.

Première étape

« La première étape, observe Julien Loïs, est de pouvoir structurer et coordonner une offre de service complète et très accessible aux employeurs au niveau régional et local. Il faut que chaque employeur sache vers qui il peut se tourner ». La CRESS est en train de terminer, avec l’ensemble des partenaires, cette première phase qui aboutira à la fin du premier trimestre à la réalisation d’un guide pratique pour orienter les employeurs. Lequel recensera les adresses des interlocuteurs département par département dont la présentation se fera dans le cadre de réunions avec « tous les acteurs pour qu’ils puissent se connaître ». Elles seront suivies de rencontres avec les employeurs où « ils présenteront leurs offres ».

Deuxième étape

Le travail de la CRESS s’orientera dans un deuxième temps sur une veille stratégique de l’emploi : en cernant la question de la pérennisation des postes, en travaillant avec les associations sur les modèles économiques à mettre en place, « peut-être en envisageant avec elles de nouveaux marchés, de nouveaux services à développer. Il faudra à ce moment là que des financeurs associatifs soient mis autour de la table avec les dispositifs locaux d’accompagnement (DLA), France active, et des structures qui accompagnent, les points d’appui à la vie associative, le réseau national des maisons des associations… Le maillage se fera par territoire. Il faudra se coordonner ».

Dans la région, on comptait à la fin du mois de décembre 240 personnes recrutées dans le cadre du dispositif emplois d’avenir. « Cela a du mal à démarrer. Mais c’est normal, commente le chargé de mission de la CRESS car les employeurs ne savent justement pas trop comment s’y prendre. Il y a une incertitude sur l’avenir. Très souvent, les petites et moyennes associations n’ont pas de vision de leur avenir à trois ans. Notre but est de les aider et de les encourager. Ce dispositif est formidable pour renouveler les générations de salariés dans l’ESS et répondre à de multiples besoins sociaux et environnementaux ».

Hors-Série FIL CIDES N°3 « Faire des emplois d’avenir des emplois de qualité »

Téléchargez le Hors-Série [Format PDF]