Les associations s'intègrent progressivement à la révolution numérique

05/12/2016 Brèves
Observation et promotion de l'ESS

Fruit de la collaboration de Recherches & Solidarités et de Solidatech, un programme de recherche porté par les Ateliers du Bocage, le rapport La Place du numérique dans le projet associatif dresse un panorama dynamique du contexte, suite à une analyse de l’évolution des pratiques entre 2013 et 2016.

Quels sont les usages numériques dans les associations ? Parvient-on à repérer impacts positifs et négatifs du numérique ? Quels sont les difficultés rencontrées et les besoins des associations en la matière ? Trois angles d’attaques auxquels le rapport d’étude La place du numérique dans le projet associatif, publié fin novembre, tente de répondre.

Premier constat, le monde associatif s’approprie largement les outils numériques pour répondre à une diversité de besoins : gérer son activité, suivre et évaluer les actions, communiquer en interne, donner de la visibilité à l’association, former ses bénévoles et ses salariés, développer des projets en direction des bénéficiaires, des adhérents, des publics fragiles… Parmi les usages prépondérants, 73% des associations détiennent un site internet propre. 62% d’entre elles utilisent les réseaux sociaux. Il s’agit de la plus importante progression en termes d’usages numériques depuis 2013 (+ 26 points).

L’étude fait également état d’une forte percée de l’utilisation des outils
collaboratifs entre 2013 (22%) et 2016 (43%), soit + 21 points. Ces derniers sont particulièrement adaptés au modèle associatif dont les équipes de bénévoles, salariés et administrateurs sont le plus souvent éclatées, avec des rythmes
de travail différents. D’autres usages devraient largement se développer à l’avenir. Les formations en ligne arrivent en tête, pour ce qui est des projets d’utilisation (42% dans le futur versus 8% aujourd’hui). Cet écart marque tout l’intérêt que portent aujourd’hui les acteurs associatifs, aux compétences à acquérir, toujours à budget restreint, et à transmettre pour une plus grande efficacité de leur action.

La perception positive du numérique par les associations

La multiplication des usages numériques élargit ses effets positifs bien au-delà de la visibilité et de la notoriété, selon les associations. Le partage de l’information arrive
en tête (85%). La cohésion de l’équipe, l’efficacité, le suivi et l’évaluation des actions s’en trouvent renforcés. Par exemples, 60% des responsables d’associations affirment que le numérique consolide le sentiment d’appartenance et un responsable d’association sur deux est convaincu des impacts positifs sur l’implication des adhérents et sur les relations bénévoles – salariés, le cas échéant.

Des difficultés persistantes

Le manque de temps, de savoir-faire et de moyens restent les principaux obstacles à une bonne appropriation du numérique dans les associations, qu’elles soient connectées ou non, quelle que soit leur taille ou leur activité. Alors qu’une meilleure
maîtrise des outils numériques (existants) demeure la principale préoccupation (49%), environ 1/3 des dirigeants d’associations sont convaincus que les outils numériques doivent s’inscrire dans une démarche globale d’acculturation numérique
au sein de leurs associations. Celle-ci repose sur une volonté pleinement partagée de s’appuyer sur le numérique (36%) et sur un temps d’échanges et de réflexion en interne (28%). Pour cela, près de 30% des responsables miseraient volontiers sur une aide personnalisée pour définir leur stratégie numérique. Des moyens financiers sont
naturellement attendus d’abord et toujours pour s’équiper (42%). Mais les associations ont également pris conscience de la nécessité de rechercher des financements pour monter en compétences dans le numérique en se formant (33%), ou en bénéficiant des conseils d’experts (22%).