Le rapport d’activité de la chaire ESS-UPEM

Beau bilan 2013 pour la chaire ESS-Université de Paris-Est Marne-La-Vallée dont la présidence est assurée par CHORUM.  Le rapport d’activité, qui vient d’être publié, détaille les activités et orientations : recherches action, travaux, reconnaissance de l’ESS, prix AEF…

Au-delà des enseignements spécifiques dispensés (licence et masters), ouverts à l’apprentissage et la formation continue, on constate à la lecture du rapport que l’activité de la chaire n’est pas balbutiante. Au chapitre des recherches, figurent, notamment le travail et son évolution dans le secteur du handicap ; les acteurs de l’ESS dans la filière du réemploi et des déchets en Ile-de-France,  les relations de l’IAE avec les grandes entreprises ; l’expérimentation d’une norme ISO 26 000 de territoire en Seine-et-Marne ; la concentration et emploi dans le social et médico-social et l’effet du passage par les SIAE sur le bien être des bénéficiaires du RSA. Dans le domaine des publications (ouvrages, articles, communications) la chaire a produit un certain nombre de travaux conséquents autour de « sources et faiblesses de l’entrepreneuriat social », « comment intégrer l’ESS dans l’enseignement de l’économie »… Au programme des activités récurrentes de la chaire, il y a bien sûr les rencontres trimestrielles entre des chercheurs et des acteurs de terrain menées en partenariat avec l’Atelier et Alternatives économiques, le festival annuel de vidéos solidaires « nul n’est inemployable » autour de l’insertion par l’activité économique, etc.

De nouvelles initiatives

Parmi les nouveautés, on notera que la chaire ESS a lancé Coop’à-prendre, une initiative menée en partenariat avec Coopaname (une coopérative d’activité et d’emploi), qui permet à des étudiants d’être accompagné́s dans la réalisation de projets de création d’activité sous forme coopérative (prix AEF 2013 mention ESS). Elle mène aussi un travail avec le Conseil général de la Seine-et-Marne, qui se traduit aujourd’hui par la participation au jury d’un prix qui soutient des entreprises de l’ESS dans le département. La chaire a également organisé avec le laboratoire d’économie Erudite de Paris-Est des journées de l’association d’économie sociale (AES) sur la nouvelle donne de l’économie sociale en Europe, les nouvelles frontières de l’ESS et dressé, avec de nombreux invités au cours d’une table ronde, le bilan pour l’ESS depuis dix ans.

Par ailleurs, la chaire porte un projet qui inscrirait l’ESS comme « domaine d’intervention prioritaire » (DIP). Reconnue comme relevant de ce DIP, l’économie sociale et solidaire pourrait être intégrée dans l’enseignement de l’économie, dont la première étape serait « l’élaboration et la publication d’un manuel revisité de micro-économie dans lequel l’ESS serait introduite parmi les fondamentaux de la science de référence des économistes ».

Téléchargez le Rapport d’Activité de la chaire ESS-UPEM