Hébergement d'urgence : La Fnars tire la sonnette d'alarme

15/11/2016 Brèves
Observation et promotion de l'ESS

Selon la fédération nationale des associations de réinsertion sociale, le nombre de familles sollicitant le 115 a explosé en novembre. Sur plusieurs territoires, des enfants en bas-âges et leur famille dorment dans la rue.

Les résultats d’une l’enquête flash réalisée le 7 novembre auprès de quelques 115 tendus montrent que le nombre de familles (au moins un parent et un enfant) à la rue a explosé dans de nombreuses villes et départements. La situation est d’autant plus préoccupante à l’approche de l’hiver qu’elle concerne beaucoup de mineurs. En Seine Saint-Denis par exemple, 32 enfants de moins de 3 ans (parmi 162 mineurs) ont dormi à la rue cette nuit-là.

Selon le Samu social de Paris, 590 personnes en famille n’ont pas pu obtenir d’hébergement lundi dernier faute de places disponibles. Le 115 de la capitale alerte sur la saturation du dispositif hôtelier et sur le déséquilibre entre le nombre de demandes et le nombre de places hivernales adaptées à l’accueil de familles. La situation est comparable dans d’autres territoires : au soir du 7 novembre, 193 familles ayant sollicité le 115 étaient sans solution d’hébergement à Lille et 44 familles à Toulouse.

Saturation du 115 à Paris, dans le Rhône, en Isère, en Seine-Saint-Denis…

Le dispositif d’hébergement d’urgence est également complètement saturé dans les Alpes- Maritimes, dans le Rhône, en Seine Saint-Denis et en Isère. Le 115 de l’Isère était d’ailleurs en grève le 8 novembre faute de places disponibles à proposer aux personnes et aux injonctions de tri des publics en fonction de leur statut, de critères de vulnérabilité, voire de ressources.

La FNARS demande en urgence la mobilisation par l’Etat et les collectivités locales de tous les bâtiments publics disponibles pour l’ouverture de places d’hébergement sur ces territoires, dans le respect de la dignité des personnes et du principe d’inconditionnalité de l’accueil. Elle demande également qu’une coordination des centres d’accueil et d’orientation (CAO), 115 /SIAO et structures d’hébergement soit lancée sur tous les territoires afin de mobiliser toutes les places disponibles et limiter la concurrence entre les publics.