Edition 2014 du baromètre de l’entrepreneuriat social des territoires

La deuxième édition du baromètre de l’entrepreneuriat social des territoires (BEST) initié par CMN Partners, en partenariat avec France Active et le Mouves, vient d’être publiée. Il permet d’apprécier la satisfaction et les attentes des entrepreneurs sociaux vis-à-vis de leur écosystème territorial. Instructif. 

Objectifs du baromètre

En 2014, les territoires français rentrent dans une phase critique d’évolution avec une conjugaison d’événements institutionnels (élections municipales, reconfiguration du découpage territorial administratif, baisse des budgets publics,…) qui s’inscrit dans un environnement économique et social difficile. De son côté, l’entrepreneuriat social, qui consiste à créer une activité économique viable pour répondre à des besoins sociaux et environnementaux est un des leviers pour le développement des territoires. Le baromètre permet d’identifier, à différentes échelles (métropoles, régions), la perception que les entrepreneurs sociaux ont de leur territoire, et leurs attentes prioritaires, à deux niveaux : le dynamisme de l’entrepreneuriat social sur leur territoire et le soutien que lui accordent les politiques publiques.

Le meilleur indice revient à Nantes

Au niveau national, 88% des 480 entrepreneurs sociaux consultés estiment que l’entrepreneuriat social est dans une dynamique positive sur leur territoire et 62 % sont satisfaits des coopérations territoriales engagées (regroupement et partenariat d’entreprises, mise en réseau etc.). 85% considèrent la coopération territoriale et les partenariats locaux comme des sujets importants. 41% des entrepreneurs consultés se déclarent insatisfaits des politiques publiques locales initiées à leur égard. Un constat qui vaut aussi pour les politiques d’achats des acteurs publics, pour lesquelles 64% des entrepreneurs sociaux ne sont pas ou peu satisfaits. Au niveau local, c’est l’aire urbaine de Nantes qui décroche le meilleur ipubndice BEST consolidé, devant Lyon, Paris et Lille sur un total de 6 aires urbaines mesurées. Au niveau régional, c’est la Région Languedoc-Roussillon qui l’emporte, devant le Nord-Pas de Calais, les Pays de la Loire, Aquitaine et Rhône Alpes, sur un total de 10 régions mesurées.

Le financement public et privés jugés insuffisants

Si la dynamique de l’entrepreneuriat social dans les territoires est très positive, le BEST 2014 fait apparaître des attentes fortes en direction des pouvoirs publics locaux. Plus de 83% des entrepreneurs sociaux considèrent le financement et les subventions publiques importantes pour le développement de leur entreprise. Un chiffre à mettre en regard avec l’insuffisance des financements privés (pour 63% des entrepreneurs sociaux) qui doivent davantage se développer pour mieux répondre aux besoins des entrepreneurs et les rendre moins dépendants des financements publics.

En savoir plus sur la démarche

Consulter les premiers résultats