Calice : le premier groupement de Scop est né

23/06/2016 Brèves
Observation et promotion de l'ESS

L’opportunité de créer un groupement de Scop était l’une des innovation apportée par la loi ESS. Elle a été saisie par la Scop TPC  qui a fait l’acquisition de la société Sefard, une entreprise de construction métallique, reprise récemment par les salariés. L’occasion de revenir sur l’organisation d’un groupement de Scop.

D’un côté, la Scop TPC, entreprise de conditionnement sur le marché de la cosmétique, installée dans le Loiret. Cet ancien atelier protégé associatif, devenue Scop avec 231 salariés dont 213 associés, cherchait à réaliser une opération de croissance externe en rachetant une filiale hors de son secteur d’activité. De l’autre côté, l’entreprise Sefard, 5 millions d’euros de chiffres d’affaires, 50 salariés qui souhaitent se transformer en Scop.

Avec l’appui de l’Union régionale des Scop Centre-Val de Loire, TPC a accompagné les salariés de Sefard tant sur le plan de la gouvernance coopérative que sur le plan financier afin de faire aboutir leur projet. Résultat, le 31 mai 2016, la Scop Sefard est devenue la scop « fille » de TPC, « scop mère » formant ainsi le premier groupement de Scop baptisé Calice. La Scop mère détient 51 % du capital et des droits de vote et une place est réservée dans ce capital aux salariés de la Scop fille.

Afin de faire naître Calice, le Conseil régional, divers outils de l’ESS et les outils financiers du Mouvement des Scop ont été mobilisés pour un montant global de 2 millions d’euros. TPC espère de cette opération afin de s’ouvrir de nouvelles marges de croissance, « porter la valeur emploi du système des Scop », « transférer ses propres valeurs en développant ce nouveau modèle » et « enfin réaliser un placement viable », selon le communiqué de la la CG Scop.