Baromètre collectivités locales - associations : des résultats bien délicats

Les résultats du baromètre des relations associations – collectivités étaient présentés le 25 novembre dernier, à l’occasion du salon des maires et des collectivités locales. Les enseignements de cette troisième édition traduisent des transformations de fond, et malgré une plus grande proximité, l’optimisme est en berne.  

gazette-des-communes100*68Ce baromètre annuel, organisé par La Gazette des communes, en partenariat avec Association mode d’emploi et Le Courrier des maires, a pour objectif de dresser le panorama des relations entre les associations et les collectivités et d’analyser leurs évolutions en terme de subventions, mises à disposition de locaux, conventions de partenariat, bénévolat, concertation…

Cette année, un certain nombre de préoccupations émergent du côté des associations face à une évolution des modalités de ce partenariat traditionnel et de longue date.

Une proximité renforcée malgré des subventions revues à la baisse

De plus en plus de collectivités (67% vs 59% l’année dernière) annoncent avoir mis en place une délégation dédiée aux relations avec les associations, ainsi que des espaces de concertation (53% vs 49% en 2013). Parallèlement, associations (48%) comme collectivités (24%) reconnaissent une baisse globale des subventions. En tête des projets associatifs soutenus : le sport, puis la culture, et enfin l’animation et le social.

Recul de l’optimisme et évolution du modèle de partenariat

Seules 14 % des structures associatives considèrent cette année que leurs relations avec les collectivités « s’améliorent ». Un chiffre en baisse (+ de 20% les 2 dernières années), qui témoigne d’une véritable crainte concernant le futur. Par ailleurs, c’est aujourd’hui le département, et non plus la commune, qui devient le principal financeur des associations. En outre, seules 71% des collectivités considèrent que la vie et l’engagement associatifs « produisent du vivre ensemble et du lien social ».

Charte d’engagements réciproques : un bilan mitigé

L’un des objectifs de ce baromètre était d’évaluer l’impact de la nouvelle Charte d’engagements réciproques entre Etat, collectivités et associations, signée le 14 février 2014. Résultat : seulement 14 % des collectivités envisagent de la signer dans les mois à venir. Ce relatif désintérêt face à l’objectif de « refonder un pacte de confiance » avec les acteurs associatifs est confirmé par le rapport parlementaire sur les difficultés du monde associatif, qui constate pourtant que les collectivités ont pris le relais face au « désengagement budgétaire de l’Etat ».

Un message d’espoir ?

Patrick Kanner, présent lors de la présentation des résultats, a assuré avoir entendu les difficultés évoquées par ce rapport parlementaire, et a affirmé qu’il allait « prendre des mesures pour y remédier tant que possible ». Selon lui, la loi ESS du 31 juillet 2014 « offre une avancée, en termes de sécurisation des financements ».

Quels risques ? Les partenaires témoignent

Le RNMA, la Fonda, France Bénévolat et le Mouvement associatif étaient présents à cette présentation des résultats. Dominique Thierry, président national de France Bénévolat, a souligné 3 « risques » ou « réalités », conséquences de « la dégradation certaine des relations entre collectivités et associations » : le risque « d’instrumentalisation des associations et du bénévolat », celui de « la dégradation de la notion même de partenariat » et enfin une potentielle « croissance de la concurrence entre les associations » dans la course aux subventions. De son côté, Jocelyne Paccou, Vice-Présidente du RNMA, a quant à elle évoqué la nécessité de définir « des critères concertés d’attribution d’aides matérielles et financières, des moyens et des méthodes d’évaluation partagés » afin que les associations conservent leur autonomie et le sens de leur projet. Le dialogue et une « reconnaissance mutuelle » doivent être au cœur d’une démarche de « co-construction » salutaire.

 Rappel des résultats de 2013

L’édition précédente soulignait la nécessaire et enrichissante complémentarité entre les deux acteurs, malgré la question délicate des subventions et des marges d’autonomie. Subventions, coopérations, autonomie étaient au cœur de la définition de leurs relations. Retrouvez ici les résultats 2013 !

Pour en savoir plus sur l’édition 2014 de ce baromètre, cliquez ici !

Téléchargez l’intégralité des résultats ici

Pour plus d’information sur le rapport parlementaire sur les difficultés des associations, voir avec l’article de Une et les trois questions à la députée.

Source : synthèse des résultats réalisée par Sophie Le Gall pour La Gazette des Communes, à télécharger ici