Articulations santé et travail : premières préconisations de l’IGAS

Une mission de l’IGAS (2012-2014) portant sur la santé au travail dans le secteur a publié cet été un premier rapport qui traite des interactions entre la santé et le travail et préconise quelques grandes orientations.

A ce stade, la mission a analysé plusieurs pathologies et leur rapport avec le travail dont les maladies cardiovasculaires, la polyarthrite rhumatoïde et les addictions.

 

« Les maladies cardio-vasculaires constituent un enjeu majeur de santé publique ». Il faut donc notamment aborder la prévention « dans toutes ses composantes » et mettre en place des « collaborations interdisciplinaires ». Ce sont des maladies qui peuvent être dues à une trop grande charge physique avec des risques coronariens et psychosociaux. « Des données objectives qui justifient », indique la mission de l’IGAS que la « prévention des maladies cardiovasculaires soit liée aux risques professionnels ».

 
Les addictions : une pathologie très répandue en France. La mission de l’IGAS souligne qu’il y a un véritable retard dans ce domaine, en raison d’une forme probable de déni, « les politiques de santé et de sécurité au travail n’ayant pas identifié l’usage des substances psycho-actives comme un risque spécifique pour l’activité professionnelle ». Il faut donc prévenir et non pas contrôler en accompagnant les salariés et en organisant une veille sur les situations à risque. L’IGAS va même plus loin, tout en soulignant les difficultés de prévention de ce « fléau », elle plaide pour que l’entreprise puisse devenir un lieu de promotion de la santé ». 
 
Une maladie chronique, la polyarthrite rhumatoïde. Elle nécessite une action précoce et une prise en charge globale pluridisciplinaire pour maintenir la personne dans l’emploi. « Ce qui vaut pour tous les salariés dont la santé vient à être altérée ». Un salarié sur cinq est atteint d’une maladie évolutive. Les interactions à mettre en œuvre ? « Diagnostic, accompagnement, voire réorientation ».
 
Ces préconisations pourraient être reprises dans la construction du 3 e plan sur la santé au travail (2015-2019), décidé lors de la dernière conférence sociale qui portera principalement sur l’efficacité du dispositif de surveillance de la santé au travail. Un groupe de travail se mettra en place au cours du mois d’octobre. 

Plus d’information sur le site de l’IGAS : www.igas.gouv.fr